L’ébéniste d’art

Il a cessé son activité, mais a gardé amoureusement son atelier, érigé vers  les années mille neuf cent dix.  Elle abrite encore  machines à bois  et  matériaux.  Le jour éclaire l’atelier  par des vitres antédiluviennes, picotées de bulles de refroidissement. Des tranches de vies se dessinent  dans les piles de bois accumulées, dans  les vilebrequins remisés aux  clous des poutres,  qui dominent  l’outillage moderne avec condescendance. Rien n’est figé dans cet univers intime où la vie s’est confinée dans l’encombrement des objets. Qu’on remue une planche et la poussière ressuscitera les ouvriers…  Le vieux «  tube » Godin, à  vitre  émaillée, semble  n’attendre que des mains tendues pour s’y réchauffer. Je les imagine s’avançant dans l’ombre :  calleuses et nouées, craquelées par le froid.

Le maître ébéniste s’est installé ici en mille neuf cent soixante-six. C’est dire que cela ne date pas d’hier.

Quand il est arrivé à Bourdeilles, la population  faisait encore vivre   quelques  commerces.

 Il y avait deux  boucheries,  deux boulangers, cinq  épiceries, un cordonnier, un coiffeur, un garage route de Saint-Julien, et un cinéma dans la salle des fêtes, détruite par l’effondrement  d’un des murs du château en mille neuf cent quatre-vingt trois.   Nonette Doumen, une des filles du célèbre  transporteur Albert Doumen, tenait  un magasin d’antiquités sur la place du Calvaire.

 

Sur le pas de porte veillaient  deux lions en fonte, récupérés à la place des quatre chemins de Périgueux.  Deux  restaurants   offraient  tablée : l’hostellerie le Donjon et le restaurant les Tilleuls. Il y avait la pompe à essence, et un médecin qui s’installa dans l’ancienne école de filles de la  Grand Rue. La pompe à essence  ne ferma qu’en mille neuf cent quatre-vingt-six. Alain Mazouaud, un jeune du village, en était chargé d’âme. L’unique poste à essence, celui de Gaston  Desmoulin avait été priée de fermer  : il empiétait sur le  passage des véhicules. La nouvelle pompe et les cuves avaient été installés Faubourg Notre-Dame, à dix mètres de l’échoppe de Gaston. Le vendeur de carburant  y   tenait aussi commerce de cycles, articles de chasse et de pêche. La boutique est maintenant transformée en  salon de coiffure.   En ces débuts d’ère automobile, Gaston  bradait encore quelques vélos, et tout le matériel pour réparer ceux qui étaient en circulation. Quand le tour de France monopolisait les ondes radio, quand  les oreilles restaient  suspendues  aux postes à ampoules,  Gaston  trempait sa craie dans l’eau pour inscrire les résultats de l’étape sur les vitres de sa boutique.

Le pompiste habitait chez ses parents, dans  la maison attenante aux distributeurs.  On devine encore  leur emplacement  sous une chape de ciment.  Gaston  Desmoulin est mort depuis des lustres. Sa femme lui a survécu : elle est la nouvelle centenaire de la maison de retraite.

Pendant ces glorieuses années, l’économie des villages en tirait profit. Il n’était question de bourse que pour celles qu’on sortait des poches. Quant au marché, il ne sous-entendait pas  l’économie de marché, ni de marché de l’emploi, mais le marché paysan qui se tenait parfois place de la Grave…  Madame Lapouge, l’arrière grand-mère de l’épicière Annick Verneuil, sortait ses étals  devant son pas de porte. Aujourd’hui  Annick gère de la dernière épicerie du village,  partage tabac et souvenirs avec le petit magasin de Marie-Claire Bouffier.  Le trottoir n’est plus assez large pour y  poser des claies. Le cheminement des passants oscille entre le pavage et le  caniveau, au gré  des étranglements.

Madame Lapouge n’était pas la seule à s’épandre sur les trottoirs : il y avait aussi les chaises et les bancs que peuplaient les soirs d’été.  Les gens s’interpellaient  d’une fenêtre à l’autre, accoudés aux balustrades,  tout en essayant d’identifier les promeneurs  sous leurs chapeaux de paille. 

La dame Lapouge était dévouée   à son commerce avec la naïveté des grandes âmes. Les gamins du village tiraient  malice d’aller lui commander ce qu’elle n’avait pas : une mappemonde grandeur nature, de la peinture écossaise. Elle répondait invariablement : « Je n’en ai pas, mais j’en aurai demain ». Si la demande était raisonnable, le car de la C.F.D déposait l’objet commandé dès le lendemain :  au café de la Halle où se trouvait le dépôt du transport.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :